Le programme PRESLO de prévention secondaire des lombalgies : évaluation du point de vue des usagers

A. François, J-B. Fassier, E. Chaléat-Valayer, F. Siani, C. Colin, A. Bergeret Archives des maladies professionnelles et de l’environnement, 2014, vol.75, n°4, pp.371-381. Bibliographie
Les données épidémiologiques récentes ont montré un taux important de récurrence à un an des lombalgies, estimé entre 24 et 84% selon les études.
Ce constat a motivé le développement de nouvelles stratégies d’intervention visant à utiliser l’activité physique en tant qu’outil dans la prévention secondaire de la lombalgie. C’est dans ce but que le programme PRESLO de prévention secondaire des lombalgies a été développé, comportant trois composantes : une composante éducative, une composante d’exercices supervisés en milieu de travail et une composante d’autoprogramme d’exercices à domicile.
L’objectif était d’évaluer le point de vue des usagers de ce programme en termes de satisfaction et d’acceptabilité.
La collecte des informations s’est faite au travers d’une observation (par un membre de l’équipe de recherche) de l’apprentissage des exercices, de la littérature grise et d’entrevues semi-structurées conduites auprès de 21 agents ayant reçu ce programme PRESLO.
La séance d’information a permis la dédramatisation de la douleur et de la pathologie. Elle a fait l’objet d’une excellente satisfaction globale. Par contre, le livret distribué à l’issue de la séance n’a pas été utilisé par la majorité des participants.
Le programme court de rééducation a été apprécié par de nombreux répondants qui ont ressenti un bien-être physique et psychologique ainsi qu’un soulagement de la douleur. Ils ont apprécié l’émulation créée par le groupe.
En ce qui concerne l’autoprogramme, l’observance aux exercices était un an après le programme court, encore globalement bonne ; les exercices les plus souvent pratiqués étant les étirements et les gainages. Son impact s’est ressenti en termes d’efficacité de la pratique des exercices sur les récidives de lombalgie et sur le soulagement de la douleur. Aucun effet secondaire n’a été rapporté.
Si globalement, les participants sont satisfaits, ils regrettent une absence d’individualisation de l’apprentissage des exercices lors du programme court de rééducation ainsi que l’absence de suivi dans le temps dans le cadre de l’autoprogramme.
(publié le 26 janvier 2015)