Le risque des savons contaminés :
expérience du centre hospitalier universitaire de Rennes

S. Buffet-Bataillon, M. Aupée, H. Lerouge, I. Girot, M. Cormier Hygiènes, 2010, vol.18, n°3, pp.215-218. Bibliographie.
Une épidémie d’infections à Serratia marcescens survenue chez les enfants hospitalisés en pédiatrie dans un CHU de l’ouest de la France a justifié un audit de pratiques en hygiène, une enquête environnementale et une étude de type cas-témoins. Ces démarches ont conclu à la contamination par la même souche d’un savon doux liquide ; de rares cas publiés avaient déjà fait état d’un lien entre la contamination d’un savon doux et la survenue de colonisations ou d’infections nosocomiales.
A la lumière de ces différentes expériences, il est apparu important de sensibiliser les équipes soignantes à l’utilisation de la désinfection hygiénique des mains par friction au plus près du soin. La durée acceptable de maintien d’un flacon après ouverture doit être limitée à un mois. Le mode de distribution du savon doit être de type "Airless", c’est à dire que le dispositif flacon sera composé d’une poche à usage unique déformable, sous vide, contenant le produit avec distributeur intégré ; ce système empêchera les remontées d’air ambiant et théoriquement des micro-organismes.
(publié le 21 juillet 2010)