Les effets du travail posté, l’interaction entre travail en équipe et surpoids/obésité sur les lombalgies chez les infirmières. Résultats d’une enquête longitudinale.

The effects of shift work and interaction between shift work and overweight/obesity on low back pain in nurses. Results from a longitudinal study I. Zhao, F. Bogossian, C. Turner Journal of Occupational and Environmental Medicine, 2012, vol 54, n°7, pages 820-825. Bibliographie.

L’objectif de cette enquête australienne et néo-zélandaise, longitudinale sur 2 ans était d’examiner si le travail posté est un facteur de risque de lombalgie et les effets de l’interaction entre le surpoids/l’obésité sur les lombalgies chez une population d’infirmières. Parmi les 928 infirmières qui n’avaient pas de lombalgie au début de l’étude, 319 (34,4 %) ont développé des lombalgies au bout de 2 ans. Après ajustement sur les facteurs de confusion, le travail posté représentait 1,15 fois plus de risque de développer des lombalgies [OR ajusté (OR a) à 1,15 ; IC 95 % de 1,05 à 1,4 ; p = 0,03]. Les travailleuses postées, en surpoids ou obèses, avaient plus de risque de développer des lombalgies que les travailleurs en horaires de jour (respectivement surpoids OR a à 1,23 versus OR a à 1,03, respectivement obésité OR a à 1,34 versus OR a à 1,10).

Cette étude suggère que le travail posté présente un risque accru de développer des lombalgies sur la durée, spécialement parmi les infirmières en surpoids ou obèses.

(publié le 22 octobre 2012)