Mieux prévenir les risques routiers des deux (et trois)-roues

E. Phan Chan The Préventique Sécurité, 2011, n°115, pp.86-90
Après un pic constaté en 2008, les accidents routiers reviennent globalement en deçà de leur niveau de 2007. Il est à noter cependant que la baisse des accidents routiers du travail est proportionnellement plus forte que la diminution de l’emploi salarié mais moins élevée que pour les accidents du travail en général.
Le problème crucial est celui des deux-roues et des scooters à deux ou trois roues. En effet, le parc roulant léger a augmenté et les plus jeunes sont les plus concernés. A nombre égal de km parcourus, le risque d’accident mortel est 17 fois plus important à cyclomoteur qu’en voiture.
66% des victimes de la route le sont en milieu urbain.
La prévention repose sur la formation des conducteurs et l’information (à partir de brochures ou dépliants tels que ceux délivrés par la prévention routière ou les assureurs). Il faut notamment apprendre aux conducteurs de 2 ou 3 roues à ne jamais se placer dans l’angle mort d’un véhicule, à prendre certaines précautions lorsqu’ils remontent les files ou changent de direction. Il faut aussi leur appendre à anticiper les changements de direction des voitures.
Le port du casque est évidemment indispensable. Selon l’étude "Cyclistes victimes d’accidents" (CVA) en 2010, le port du casque en vélo diminue le risque de blessures graves et si tous les cyclistes portaient un casque, on aurait un baisse de mortalité de 80%. 135 cyclistes sont tués par an en France.
Le 2e plan "santé au travail" (PST2) 2010-2014 assigne des objectifs précis : une stabilisation du nombre de maladies professionnelles et une baisse de 25% des accidents du travail. Ce PST2 cite comme exemple d’actions concrètes, la prévention du risque routier professionnel.
(publié le 13 avril 2011)