Réceptivité à la rougeole des personnels des services à risques d’un centre hospitalier général

M. Lepainteur, C. Neulier, S. Marque-Juillet, M. Harzic, M-L. Garbay-Dumeunier, J. Merrer Hygiènes, 2011, vol.19, n°2, pp.23-27. Bibliographie
Une épidémie de rougeole progresse en France depuis 2008. Les soignants des services hospitaliers sont susceptibles de transmettre la rougeole aux patients.
Afin de documenter la réceptivité virale des soignants des services les plus exposés, tous les personnels travaillant aux urgences, en pédiatrie, en maternité et en maladies infectieuses ont été sollicités pour que soit examiné leur carnet de santé.
Sur 477 personnes pressenties, 427 ont accepté de participer à l’enquête soit 87,9% du personnel des urgences, 94,7% du personnel de pédiatrie, 88,1% du personnel de maternité et 92,9% du personnel de médecine interne et maladies infectieuses.
Parmi elles, 327 personnes étaient considérées comme potentiellement non immunisées, 315 ont accepté une sérologie et 12 l’ont refusée.
Toutes les personnes nées avant 1970 étaient immunisées.
Parmi les personnes nées entre 1970 et 1980, 9 personnes n’étaient pas immunisées, ce qui représente la moitié des personnes non immunisées.
Au total, alors que le taux de réceptivité virale global de la rougeole des services à risque dans la population documentée est de 4,3%, celui de la tranche d’âge des 20-40 ans (représentant 60% des personnels de ces services) est de 7,1%.
Il en ressort qu’il est important de se préoccuper des personnes de ces services et de cette tranche d’âge en particulier, notamment en documentant leur immunité afin de leur proposer le cas échéant, une revaccination en dehors de tout contexte d’urgence.
(publié le 29 juillet 2011)