Recommandations sanitaires pour les voyageurs, 2014

BEH, Bulletin épidémiologique hebdomadaire, 2014, n°16-17, pp.261-311
Comme chaque année, le BEH publie ses recommandations à l’attention des voyageurs. On y retrouve les rubriques habituelles tant en ce qui concerne les vaccinations, le paludisme, les risques liés aux arthropodes, la diarrhée du voyageur, l’environnement, les risques liés aux comportements sexuels, etc... mais cette année la prévention s’intéresse aussi à la prise en compte du décalage horaire et au risque thrombo-embolique induit par les transports.
Mais la grande nouveauté est l’accent mis sur la prévention des maladies d’importation, qui pourraient paraître banales mais seraient néanmoins susceptibles de générer des problèmes de santé publique en France par leur capacité à s’y implanter. Il en est ainsi des arboviroses telles la dengue, le chikungunya, le zika. On pense de prime abord au sud de la France où le moustique tigre est désormais présent. Les mesures de prévention adoptées ne paraissent nullement superflues aux yeux des experts.
Il faut aussi compter avec les infections respiratoires et notamment la grippe aviaire ou le MERS-Cov offrant des possibilités de transmission inter humaine.
Il ne faut pas non plus négliger les formes résistantes de tuberculose ou les bactéries hautement résistantes et émergentes telles les entérobactéries productrices de carbapénémases et qui sont rapportées en France par des malades hospitalisés hors de l’Hexagone ou adeptes du tourisme médical.
Ajoutons la rage et le risque de réintroduction en France face à l’importation illégale de chiots ou de chatons non vaccinés.
Il n’en reste pas moins que si le risque de maladies infectieuses diminue pour le voyageur, certaines des ces maladies restent associées à une mortalité élevée.
(publié le 25 septembre 2014)