Répartition du risque coronarien dans la population

A. Simon La Revue du Praticien, Médecine Générale, 2012, vol. 62, n° 6, pp.771-775. Bibliographie.

Les décès d’origine cardiovasculaire sont liés dans la moitié des cas à une pathologie coronarienne.
Le risque coronarien doit donc être prévenu. Il se classe en trois catégories selon un score intégrant les facteurs de risque. Le plus utilisé est le score de Framingham qui indique la probabilité à 10 ans de survenue d’un accident coronarien fatal ou non.
En France, le score doit être calibré en le divisant par 1,5 pour tenir compte du risque coronarien plus bas qu’aux États-Unis.
Le risque est considéré comme :

  • faible si le score est inférieur à 10%,
  • intermédiaire (modéré) s’il est compris entre 10 et 20%
  • élevé (haut risque) s’il est supérieur à 20%.
    Le risque est élevé indépendamment du score de Framingham en cas de facteur de risque majeur (diabète , hypertension artérielle sévère, hypercholestérolémie élevée), de maladie coronarienne, de maladie vasculaire périphérique ou cérébrale.

Les données concernant la distribution du risque coronarien proviennent des États-Unis et ne sont donc pas totalement extrapolables à la population française.
Cette distribution est pyramidale.
A l’origine de tous les accidents coronariens, le pourcentage est le suivant :

  • 22% pour la population à faible risque,
  • 16% pour la population à risque modéré,
  • 61% pour la population à risque élevé

Cela justifie la priorité qui doit être accordée au dépistage du haut risque en prévention primaire et au traitement intensif du haut risque coronarien.
Néanmoins la population à risque faible et modéré doit bénéficier d’une prévention incluant les principes hygiéno-diététiques, relatifs aux facteurs de risque traditionnels concernant alimentation, tabac, alcool, poids, activité physique, pression artérielle, glycémie, cholestérolémie, agrégation plaquettaire, etc., et cela chez les plus jeunes et les femmes qui constituent la grande majorité des sujets à faible risque.

(publié le 8 novembre 2012)