Travailleurs atteints du syndrome d’Ehlers-Danlos : surveillance sanitaire et recommandations pour les entreprises
Lavoratori con sindrome di ehlers-Danlos : indicazioni per la sorveglianza sanitaria e per un corretto inquadramento lavorativo

M. Bogni, A. Bassotti, G. Leocata, F. Barretta, A. Brunani, P.A. Bertazzi, L. Riboldi, L. Vigna La Medicina del Lavoro, 2015, vol 106, n°1, pages 23-35. Bibliographie.

En Europe, 23,5 % de la population souffre de maladies chroniques, dont le syndrome d’Ehlers-Danlos (EDS), une maladie héréditaire du tissu conjonctif ; ce qui peut avoir fréquemment, un impact sur le travail. L’objectif de cette enquête italienne est d’évaluer les anomalies des différents domaines fonctionnels chez un groupe de sujets atteints de EDS et l’implication possible sur le travail en utilisant le test EDS déficience (EDF-DT) composé de sept échelles visuelles analogiques (douleur, raideur, activité quotidienne y compris à la maison et hors de la maison, au travail, les relations sociales). Ce test mesure la déficience.

Cinquante travailleurs (13 hommes et 37 femmes, d’âge moyen 38 ans) avec EDS [de type classique (35), hypermobile (14) et vasculaire (3)] et 150 travailleurs sains ont eu le test EDS-DT. Les sujets EDS ont montré une augmentation de la déficience perçue (médiane 29,1 vs 7,22 ; p < 0,0001) par rapport aux non EDS. Le groupe hypermobile présente des valeurs plus élevées de la douleur (54 vs 42) et de retentissement dans le travail (62,5 vs 42,5), tandis que la forme classique présente les principales déficiences dans les activités quotidiennes (18,57 vs 11,43) et à la maison (34,29 vs 25,71) (p > 0,20).

Les sujets ayant rapporté une activité physique modérée à intense de travail, ont une déficience plus importante au travail (p = 0,04) par rapport à ceux ayant un effort physique doux. Les patients EDS atteints de douleurs chroniques ont une altération de la qualité de vie au travail. Le type hypermobile semble avoir plus de difficultés dans les domaines fonctionnels comme la douleur et le travail, tandis que ceux présentant la forme classique ont plus de difficultés dans les activités quotidiennes et à la maison.

Ceux qui ont une activité physique au travail la plus élevée ont le plus de difficulté au travail.

(publié le 12 juin 2015)