Atrazine dans l’eau publique et risque de cancer de l’ovaire chez les femmes ménopausées dans l’étude sur la santé des femmes de l’Iowa
Atrazine in public water supplies and risk of ovarian cancer among postmenopausal women in the Iowa Women’s health study

M. Inoue-Choi, P. Weyer, R. Jones, B. Booth, K. Cantor, K. Robien, M. Ward Occupational and Environmental Medicine, 2016, vol 73, n°9, pages 582-587. Bibliographie.

Peu d’études ont évalué les expositions chimiques environnementales et le lien avec le cancer de l’ovaire. Les auteurs américains ont déjà retrouvé un risque accru du cancer de l’ovaire chez les femmes ménopausées dans l’Iowa, en relation avec des niveaux élevés de nitrate dans l’eau de distribution publique (PWS). Cependant, les niveaux élevés de nitrate peuvent refléter la présence d’autres produits chimiques agricoles, comme l’atrazine, l’un des pesticides le plus fréquent dans l’eau de distribution publique de l’Iowa.

Les auteurs ont évalué l’association entre l’atrazine dans l’eau de distribution publique et le cancer de l’ovaire incident (N = 145, de 1986 à 2010) chez 13 041 femmes ménopausées dans l’étude santé des femmes de l’Iowa, ayant bu de l’eau potable pendant 11 ans et plus en 1989. Les niveaux moyens d’atrazine (1986-1987), de nitrate d’azote (NO3-N de 1955 à 1988) et les niveaux estimés de trihalométhanes totaux (TTHM, de 1955 à 1988) à partir des données de surveillance de l’eau potable des villes de résidence des participantes ont été recueillis.

Les risques relatifs et les intervalles de confiance à 95 % par catégories de niveaux moyen d’atrazine (non détecté ≤ ou > 0,37 parties par milliard = médiane) ont été calculés en utilisant une régression proportionnelle de risque de Cox ajustée sur les facteurs de risque du cancer de l’ovaire.

L’atrazine a été détectée dans des échantillons d’eau de 69 villes où 4 155 femmes (32%) vivaient et leurs niveaux étaient modérément corrélés avec le nitrate d’azote (p = 0,35) et le TTHM (p = 0,24). Les niveaux d’atrazine ne sont pas associés avec un risque de cancer de l’ovaire avec ou sans ajustement pour les niveaux de nitrate d’azote et le TTHM (p tendance = 0,50 et 0,81 respectivement). De plus, il n’ y avait aucune preuve de modification de l’effet de l’association de l’atrazine par les niveaux de nitrate d’azote ou de TTHM.

Dans cette étude avec des niveaux faibles d’atrazine, il n’a pas été retrouvé d’association entre l’atrazine dans l’eau de distribution publique et le risque de cancer de l’ovaire post-ménopausique.

(publié le 13 janvier 2017)