L’alcool à risque dès 100 g/semaine

S. Felibre Le Généraliste, 2018, n°2838, p.18

Les seuils de consommation d’alcool au-delà desquels elle est considérée comme à risque pour la santé varient considérablement selon les pays. L’OMS a fixé des seuils à 28 verres par semaine pour les hommes et 21 pour les femmes alors qu’en France ils sont respectivement de 21 et 14 verres.
Afin de redéfinir les seuils de consommation d’alcool associés à une augmentation de la mortalité totale et à une augmentation ou réduction des évènements cardiovasculaires, une analyse a combiné les données individuelles de trois bases internationales regroupant 83 études prospectives conduites dans 19 pays développés. Les sujets des cohortes étaient indemnes de pathologie cardiovasculaire à l’inclusion. Les analyses statistiques ont été ajustées sur l’âge, le sexe, le tabagisme, la présence d’un diabète de type 2 et le pays.
Ce travail qui a permis d’inclure près de 600 000 sujets consommateurs montre que :

  • une consommation supérieure à 100 g/semaine (10 g d’alcool pur correspond à un verre de boisson alcoolisée) augmente la mortalité totale. Elle réduit le risque d’infarctus du myocarde de 20% mais augmente d’au moins 14% le risque d’ AVC pour chaque 100 g supplémentaires au-delà de 100 g.
  • Comparativement aux sujets consommant 100 g d’alcool ou moins, ceux qui consomment entre 100 g et 200 g, entre 200 g et 350 g et plus de 350 g ont une survie réduite respectivement de 6 mois, 1-2 ans, et 4-5 ans à l’âge de 40 ans.

"Cette étude n’incite ni à boire modérément ni à s’abstenir. Elle fournit uniquement un marqueur de risques supplémentaires pour la pratique".

(publié le 13 juillet 2018)