Le taux d’anticorps permet d’identifier les sujets à risque de dengue hémorragique

C. Catalifaud Le Quotidien du Médecin, 2018, n°9667, p. 6
Il existe beaucoup de formes asymptomatiques de la dengue où la maladie passe totalement inaperçue. Mais les formes hémorragiques sont graves, susceptibles de conduire au décès.
Pour identifier les sujets à risque, les chercheurs de l’Institut Pasteur en collaboration avec des équipes américaines et thaïlandaises se sont appuyés sur les résultats d’une cohorte de près de 3500 enfants thaïlandais et près de 150 000 mesures des taux d’anticorps de chacun des quatre sérotypes de la dengue ont été effectuées de 1998 à 2003.
Pour les enfants dont le taux d’anticorps est inférieur ou égal à 1/40, le risque de développer une dengue hémorragique est 7,4 fois plus fréquent que pour ceux n’ayant pas d’anticorps, alors que le risque est nul pour les individus avec un taux d’anticorps supérieur à 1/40.
Cela revient à dire que Dengvaxia®, vaccin contre la dengue développé par Sanofi-Pasteur ne conviendrait pas aux personnes n’ayant jamais été infectées.
Il suffit dorénavant de déterminer le taux d’anticorps pour cibler les personnes pour lesquelles la vaccination est recommandée.
L’âge longtemps cité n’est pas un facteur de risque pertinent du fait de la variabilité des épidémies d’une année à l’autre.
(publié le 29 mai 2018)