Le temps de sommeil en France

Coordination scientifique D. Léger, S.Vaux, R. Guignard - Auteurs : D. léger et coll., F. Bourdillon et coll, R. Andler et coll., E. Cordina-Duverger et coll.

Ce numéro du BEH est consacré exclusivement au sommeil des Français.
Une enquête sommeil intégrée dans le Baromètre Santé 2010 auprès de 24761 Français a montré un temps de sommeil total (TST) moyen par 24 h de 6h42 en semaine et de 7h26 au repos, soit un temps de sommeil total moyen de 7h13 (à peu prés constant depuis 10 ans), mais les proportions de personnes dormant moins de 6h en semaine, augmentent significativement pendant cette période et concernent 25% des jeunes adultes et 33% des jeunes professionnels.
Parmi les sujets de l’étude, 35,9% sont des courts dormeurs (moins de 6 h), 27,7% sont en dette de sommeil, 17,4% en restriction. Ce sont les jeunes de 18-25 ans qui qui dorment le plus longtemps.
Il est bien reconnu que dormir moins de 6h est associé à un risque plus élevé d’obésité, de diabète de type 2, d’hypertension, de pathologies cardiovasculaires et d’accidents.

Pour récupérer, 27,4% des adultes font au moins une sieste en semaine (50 minutes en moyenne) et 32,% en font le week-end (59 minutes).
L’insomnie chronique touche 13,1% des 18-75 ans.

Les causes du déclin du sommeil sont à rechercher dans :

  • le temps de trajet entre domicile et travail (les personnes les moins diplômées ou vivant dans des agglomérations de plus de 200 000 habitants sont le plus à risque d’être de courts dormeurs) ;
  • le surinventissement dans les activités de loisirs et le temps passé devant les écrans ;
  • l’expansion du travail de nuit avec un nombre de travailleurs nocturnes (qui est passé de 3,3 millions (15% des actifs) à 4,3 millions (16,3% des actifs) entre 1990 et 2019 ; les travailleurs de nuit dorment en moyenne une heure de moins que ceux de jour, soit l’équivalent d’une nuit de moins par semaine et de 40 nuits de moins par an ;
  • l’environnement nocturne : bruit (trafic aérien, deux-roues motorisés et terrasses de café), luminosité (villes de plus en plus éclairées), réchauffement climatique.

Cette enquête portant sur l’observation du temps de sommeil en France apporte de nombreux renseignements sur les comportements des adultes. Elle devrait fournir des pistes d’information, de sensibilisation et d’éducation pour la santé.

(publié le 22 mars 2019)