Les complications des tatouages

P. Frances, J. Chevrier, H. Phyllis Pinnegar, Y. Assouly Le Généraliste, 2019, n°2890, p. 22. Bibliographie

14% des Français étaient porteurs d’un tatouage en 2016 (étude IFOP), principalement les moins de 35 ans.
Les complications concernent entre 2 et 30% des tatouages.

Les complications à court terme sont : érythème avec caractère inflammatoire, ecchymoses ou hémorragies locales.

Les complications à moyen et long terme sont :

  • infectieuses : infections superficielles (impétigo) ou profondes (érysipèle), virales (verrues vulgaires, herpès), bactériennes (mycobactéries contenues dans l’eau servant au tatouage) ;
  • hypersensibilité ou allergie survenant parfois tardivement (eczéma et prurit associé) ;
  • complication maligne : retard au diagnostic d’un mélanome caché par un tatouage ;
  • autres complications :
    développement plus fréquent de certaines dermatoses comme le psoriasis,
    survenue de pathologies infectieuses virales telles que séropositivité VIH, hépatite B ou hépatite C en lien avec le non respect des règles d’hygiène,
    brûlure au niveau du tatouage lors d’une IRM (liée à l’oxyde de fer du pigment noir).
(publié le 19 février 2020)