Mini sieste, maxi bénéfices

G. de Lavilléon, M. Lacroix, E. Villarem L’Usine Nouvelle, 2019, n°3599, p. 55.
La sieste est pour 30 à 40% de la population, un besoin physiologique.
Le pic de somnolence survient génialement vers 15h, indépendamment de la digestion, même si celle-ci peut y contribuer. Les résistances des entreprises sont encore nombreuses pour organiser des "cocons de sommeil" dédiés à la sieste pour une population au travail minoritaire.
Pourtant le power napping qui consiste à faire une sieste éclair de 20 minutes maximum (afin de ne pas sombrer dans le sommeil profond) et avant 16h (pour ne pas impacter l’endormissement du soir) apporte un regain de vigilance alors que laisser perdurer une situation d’hypovigilance est associé à un risque d’erreur accru (accident ou erreur de jugement).
La mise en place de ces espaces pourrait s’organiser au terme d’une réflexion sur le droit à la déconnexion sur le temps de travail qui aboutirait à proposer aux non-siesteurs des alternatives.
(publié le 22 mars 2019)