Parcours professionnels à long terme et suicide : suivi de l’étude de cohorte GAZEL sur 22 ans
Long-terme occupational trajectories and suicide : a 22-year follow-up of the Gazel cohort study

M. Azevedo Da Silva, N. Younès, A. Leroyer, L. Plancke, C. Lemogne, M. Goldberg, M. Rivière, M. Melchior Scandinavian Journal of Work, Environment and Health, 2019, vol 45, n°2, pp. 158-165. Bibliographie.

La plupart des suicides surviennent chez des personnes en âge de travailler. Le risque est élevé dans certaines catégories professionnelles, mais les relations entre les carrières longues et le suicide sont mal connues. Cette étude française décrit les carrières longues et s’intéresse à leurs influences sur le suicide.

Les données proviennent de la cohorte GAZEL, une cohorte d’étude française réalisée auprès d’employés d’une grande entreprise de services publics. La catégorie socio-professionnelle a été obtenue à partir des archives de l’entreprise dès l’embauche (1953-1988).
Des modèles de parcours professionnel basés sur des groupes ont été utilisés pour définir les parcours professionnels sur une période moyenne de 25 ans (déviation standard 6,5 ans).
Les causes de mortalité, codées à l’aide de la classification internationale des maladies, ont été enregistrées de 1993 à 2004 et étudiées à l’aide de modèles de régression de Cox.
Parmi les 20 452 participants inclus dans l’étude, 73 sont morts par suicide entre 1993 et 2014.
Ces résultats suggèrent une augmentation de risque de suicide (OR = 2,57 ; IC 95 % de 1,08 à 6,15) chez les participants ayant une catégorie socio-professionnelle inférieure de façon pérenne par rapport à ceux ayant eu une catégorie socio-professionnelle plus élevée et une évolution favorable de leur carrière professionnelle.
Après ajustement pour toutes les covariables, en particulier les facteurs psychologiques, cette association était plus faible et n’était plus statistiquement significative (OR = 2,02 ; IC 95 % de 0,82 à 4,95).

Se trouver dans une catégorie socio-professionnelle inférieure pourrait être lié à un risque important de suicide. Cette association reflète en partie des caractéristiques psychologiques et de santé susceptibles d’influencer les parcours professionnels et d’être renforcées par des conditions de travail défavorables.

(publié le 12 décembre 2019)