Prescription de l’activité physique
Quel bénéfice de l’activité physique en prévention tertaire ?

M. Duclos La Revue du Praticien, 2020, vol.70, n°3, pp. 273-278. Références

Cet article est inclus dans un dossier intitulé "Prescription de l’activité physique" élaboré selon les conseils scientifiques de Y. Le Bouc.
Il comprend trois parties :

  • recommander l’activité physique en prévention primaire de maladies chroniques (X. Bigard)
  • le bénéfice de l’activité physique en prévention tertiaire (M. Duclos)
  • et les recommandations de prescription de l’activité physique (D. Rivière).

Les maladies chroniques affectent en Europe 42% de la population.
L’activité physique et la diminution des comportements sédentaires sont des éléments déterminants dans la prise en charge de ces maladies, en termes de réduction des risques de récidive ou d’aggravation de la pathologie, de diminution des comorbidités mais aussi en améliorant les capacités physiques et la qualité de vie.
L’activité physique se révèle particulièrement bénéfique face aux pathologies cardiovasculaires, aux cancers du sein et du colon, à la bronchopneumopathie chronique obstructive, au diabète de type 2, aux pathologies ostéo-articliaures ou aux troubles anxiodépressifs.
Malheureusement, on note chez ces patients, une tendance au repos, aggravant les capacités physiques. Pourtant l’activité physique augmente les capacités respiratoires, diminue les douleurs ostéo-articulaires, permet un gain de masse et de force musculaire et améliore l’image corporelle.

(publié le 27 mai 2020)