Qu’apprend-t-on des épidémies émergentes ?

D. Malvy, B-A. Gaüzère, R. Migliani La Presse Médicale, 2019, vol. 48, n°12, pp. 1536-1550. Références

A partir de la crise sanitaire mondiale représentée par les épidémies de maladie à virus Ebola (MVE) en Afrique de l’ouest puis en République démocratique du Congo, les auteurs développent quatre leçons déclinables à d’autres maladies infectieuses émergentes à propension épidémique.

- La veille sanitaire : l’on s’aperçoit de la fréquence du retard à lancer l’alerte nationale puis l’alerte internationale, surtout en cas de tableau clinique non spécifique, simulant des infections endémiques dans les régions où elles apparaissent, d’où l’urgence à renforcer la veille sanitaire, notamment dans les pays à ressources limitées. La surveillance des voyageurs constitue un élément important et complémentaire pour renforcer l’alerte précoce et la sécurité sanitaire mondiale. C’est le principe du réseau "GéoSentinel" depuis 1995.

- Le fardeau lié la transmission sexuelle des virus émergents : ce qui s’est produit lors des épidémies de MVE et de Zika, et qui a constitué de nouvelles chaines de transmission en période postépidémique. De plus, la culture virale qui est le test de référence de l’infectivité du sperme est techniquement compliquée et de performance aléatoire.

- Les nouveaux paradigmes de la prise en charge clinique des patients atteints de maladie infectieuse : l’on constate une évolution architecture majeure et constante des centres de traitement pour une prise en charge mieux adaptée et plus personnalisée, tout en assurant un renforcement des activités communautaires avec soutien psycho-social, et prise en charge extra-médicale des patients (distribution de vêtements, de jouets pour les enfants…), une implication grandissante de partenaires nationaux dans la réalisation des examens de laboratoire, une uniformisation des plateformes de diagnostic virologique, de nouvelles techniques médicales, et l’omniprésence de l’OMS sur le terrain.

- La recherche clinique : elle a consisté en une réponse internationale de grande ampleur : évaluation de stratégies de prise en charge de personnes et populations exposées dans un contexte épidémique non contrôlé et face à l’hostilité envers les équipes médicales, recherche d’un vaccin efficace en prophylaxie post-exposition, amélioration et densification des traitements symptomatiques, mise à disposition de marqueurs biologiques, essais cliniques de proximité, chimio-prophylaxies post-exposition, évaluation de la place des traitements spécifiques de la MVE.

(publié le 2 avril 2020)