Tabac et pression artérielle : une relation complexe à mieux connaître

A-L. Madika, C. Mounier-Vehier La Presse Médicale, 2017, vol.46, n°7-8, Cahier 1, pp. 697-702. Bibliographie

La pression artérielle (PA) est une variable qui dépend de la fonction myocardique (débit cardiaque), des résistances vasculaires périphériques et de la volémie.
La nicotine interagit avec ces trois piliers hémodynamiques par activation aiguë du système nerveux sympathique et à plus long terme, le blocage de la sensibilité du baroréflexe cardiaque pérennise l’activation sympathique (il s’ensuit une tachycardie, une vasoconstriction et une élévation tensionnelle plus permanentes).
Le tabagisme chronique accélère le vieillissement artériel et constitue un vrai booster de la maladie athéromateuse par ses effets métaboliques. Il peut favoriser l’apparition d’une sténose artérielle rénale, cause aggravante de l’HTA chronique.
Enfin la nicotine diminue l’efficacité de certains traitements antihypertenseurs en interférant avec leur métabolisme ou leur mode d’action.

La relation toxique entre tabagisme chronique et pression artérielle est encore trop méconnue et la communication doit se faire auprès des professionnels de santé mais aussi auprès du grand public et notamment des jeunes. La Fédération française de cardiologie est très impliquée dans ce domaine, à travers ses campagnes d’information, parmi lesquelles "jamais la première cigarette".
L’accompagnement au sevrage tabagique est une action majeure de prévention. Ajoutons que la cigarette électronique n’aurait pas d’effet délétère sur la PA.

(publié le 31 octobre 2017)