Médecine du travail, médecine générale et Assurance maladie : une communication difficile

J. Herchkovitch Le Concours Médical, 2020, vol.142, n°7, pp. 38-39. Références

L’acteur pivot du maintien en emploi et des mesures mobilisables est le médecin du travail (Recommandations de la Haute Autorité de Santé) en lien avec la Société française de médecine du travail). Mais le retour au travail doit être pensé par tous les acteurs et c’est à ce niveau que la prise en charge de l’arrêt de travail n’est pas toujours optimale. Les relations médecins généralistes/médecins du travail sont faibles voire inexistantes. Elles se font généralement à l’initiative du médecin du travail, via le patient mais plus pour un échange d’informations que pour une harmonisation de la prise en charge.
Il serait louable que les médecins généralistes incitent largement leurs patients à demander une visite de pré-reprise, mais ils se sentent démunis (non identification du service de santé au travail, crainte de rupture du service médical..). Que cette visite soit encouragée est pourtant primordial pour le maintien dans l’emploi, si une adaptation de poste ou des conditions de travail s’avère nécessaire !

De son côté, l’Assurance Maladie fait des efforts pour communiquer avec les professionnels de santé. Les médecins disposent d’un numéro unique : le 3608 pour les demandes administratives et médicales et d’un espace d’échanges médicaux, sécurisé et accessible sur amelipro.
Une expérimentation est en cours menée par l’Assurance Maladie dans 14 départements, pour favoriser le retour au travail, avec au centre de la prise en charge, le médecin traitant.

(publié le 13 janvier 2021)