Santé au travail des femmes : intérêt et évaluation d’une démarche de communication régionale à destination d’un public de préventeurs institutionnels et non-institutionnels

T. Bonnet, L.Marescaux Archives des maladies professionnelles et de l’environnement, 2020, vol.81, n°2, pp. 145-162. Références
Cet intéressant article très documenté s’inscrit dans le cadre d’une grande action de communication régionale (Bretagne) consacrée au thème de la "Santé au travail des femmes", ciblant un large public de préventeurs institutionnels et non-institutionnels qui a fait l’objet d’une évaluation par questionnaires numériques avant-après.
La quantité d’informations révélées nous oblige à nous concentrer sur l’essentiel.
D’importantes disparités sexuées existent dans le champ social et sociétal mais aussi dans le champ de la santé au travail.
En 2011, seules 13 des 87 familles professionnelles étaient mixtes et au sein d’une même métier mixte, il existe une répartition sexuée des tâches. Sur le plan de la hiérarchie sociale, les femmes représentent 77% des employés, mais seulement 16% des chefs d’entreprises, 27% occupent des postes peu qualifiés (contre 15% des hommes). Tout cela alors que les femmes sont globalement plus diplômées que les hommes. Les écarts de rémunération des hommes-femmes pourraient créer des désordres psychopathologiques de même que la charge familiale notamment la monoparentalité qui concerne le plus souvent les femmes.
Mais ce n’est pas tout : les parcours professionnels dit "précaires" concernent essentiellement les femmes (68% en 2013), le nombre d’accidents du travail a augmenté entre 2001 et 2016 en France de 30,5% chez les femmes, versus une baisse de 29% chez les hommes. Quant aux maladies professionnelles, on enregistre une augmentation de 145,2% chez les femmes contre 71,5% chez les hommes. La souffrance psychique entre 2007 et 2012 était deux fois plus élevée chez les femmes que chez les hommes.
L’un des enjeux actuels pour les préventeurs est donc de mieux connaître et prendre en compte les spécificités du travail des femmes afin de les faire bénéficier d’une prévention des risques mieux adaptée à leurs besoins.
"Il y a derrière ce sujet de la santé au travail des femmes, une dimension d’équité de traitement et de justice sociale, associée à une dimension sanitaire aux enjeux importants ".
(publié le 2 octobre 2020)