Burnout : un état des lieux sur l’épuisement professionnel

Prevent Focus, 2009, n°, p.8-12
La définition du "burnout " s’articule autour de trois dimensions : le sentiment "d’asséchement émotionnel" (perte d’énergie et assimilation de son travail à une corvée), la dépersonnalisation (distanciation, c’est à dire, insensibilité au monde environnant et manque de motivation pour la mission professionnelle) et le sentiment de non-accomplissement (impression d’être inefficace et incompétent). Face à cet épuisement émotionnel, l’individu se sent seul, incompris, nul et insatisfait. S’y ajoute un épuisement physique qui se manifeste par des symptômes plus ou moins sérieux (fièvre, migraine, courbatures, anorexie ,et..). Ce burnout serait la conséquence d’une incompatibilité entre les attentes de l’individu et la réalité du travail. Il se définit aussi comme la phase ultime d’un processus de dégradation occasionné par le stress.
L’évaluation de ce stress repose sur de multiples outils de diagnostic et d’évaluation. Le MBI (Maslach Burnout Inventory) est le plus utilisé ; il comporte 22 items répartis dans trois dimensions (épuisement ou asséchement émotionnel, dépersonnalisation et accomplissement personnel).
La prévention du burnout est individuelle : il est conseillé de prendre du recul, de préserver sa vie sociale, de conserver ses activités personnelles, de se faire plaisir et d’avoir des objectifs réalistes, mais aussi d’exprimer ses émotions par la parole.
La prévention collective repose sur la communication. Il faut favoriser les réunions d’équipe où la parole est libre et où les salariés peuvent partager leurs différentes expériences et chercher des solutions. Il faut aussi laisser se développer les discussions impromptues autour d’un café.
La hiérarchie sera formée à la détection et à la gestion de ce type de situation et les travailleurs seront sensibilisés au risque de burnout.
Parallèlement, les membres du service de santé au travail peuvent jouer un rôle d’appui et d’écoute.
Le burnt out est une affection complexe qui doit être traitée et qui exige des changements profonds dans les attitudes envers soi-même. Il entraîne souvent une incapacité de travail de plusieurs mois et nécessite un temps de récupération qui peut atteindre plusieurs années. Une réorientation professionnelle ou une mutation dans un autre service peuvent s’avérer utiles.
(publié le 7 avril 2010)