Effet de la pression au travail sur la baisse du niveau de tension artérielle nocturne chez les hommes et les femmes ayant une tension artérielle élevée
The effect of job strain on nighttime blood pressure dipping among men and women with high blood pressure

L B. Fan, J. A. Blumenthal, A.L. Hinderliter, A. Sherwood Scandinavian Journal of Work, Environment and Health, 2013, vol 39, n°1, pages 112-119. Bibliographie.

L’insuffisance d’une baisse de la tension artérielle nocturne est un facteur de risque cardiovasculaire établi. Cette étude sino-américaine étudie l’effet de la pression au travail sur la baisse de la tension artérielle nocturne chez les hommes et les femmes ayant une tension artérielle élevée.

L’échantillon est constitué de 122 travailleurs, cols bleus et cols blancs (72 hommes et 50 femmes). Un questionnaire portant sur le contenu de travail a été utilisé pour évaluer les exigences psychosociales du travail, le contrôle au travail et le support social. Le ratio des exigences sur le contrôle a été utilisé pour évaluer le pression professionnelle.

La baisse de la tension artérielle nocturne a été évaluée par mesure de cette tension sur 24 heures, sur 3 jours de travail. Les résultats ont montré que les hommes qui avaient un haut niveau de pression professionnelle avaient une tension artérielle systolique plus élevée de 5,4 mm de Hg pendant leur sommeil (p = 0,03) et 3,5 mm de Hg de plus de tension artérielle moyenne (p = 0,02) que ceux ayant un faible niveau de pression professionnelle. De même, la baisse de la tension artérielle moyenne et systolique était aussi plus faible lors du passage du lever au coucher chez ces mêmes hommes (p< 0,05). Une analyse par modèle de régression hiérarchisée a montré que la pression au travail était un déterminant indépendant de la baisse de la tension artérielle systolique (p = 0,03), chez les hommes, après ajustement sur l’ethnie, l’indice de masse corporelle, les symptômes d’anxiété et de dépression, le tabagisme en cours et la consommation d’alcool. D’autres analyses indiquent que le contrôle au travail était un élément essentiel de la pression au travail en association avec la baisse de tension artérielle (p = 0,03).

En conclusion, un haut niveau de pression professionnelle est associé avec une atténuation des variations nyctémérales de la tension artérielle, ce qui va dans le sens d’une relation entre la pression professionnelle et le risque cardiovasculaire.

(publié le 17 juillet 2013)