Evaluation du stress au travail après mesures de prévention dans une caisse de retraite

E. La Rosa-Rodriguez, H. Le Clesiau, G. Dubois, J-L. Izard, M. Bonin, J. Bordron Santé Publique, 2013, vol.25, n°1, pp. 59-6. Bibliographie.
La Caisse de retraite et de prévoyance des clercs et employés de notaires (CRPCEN) a mis en place un certain nombre de mesures pour réduire les sources de stress dans l’entreprise en agissant directement sur l’organisation, les conditions de travail et le soutien social au travail.
Afin d’évaluer les répercussions de ces mesures mises en place, deux enquêtes ont été menées à deux ans d’intervalle auprès de salariés volontaires (150 pour la première enquête et 108 pour la deuxième) parmi les 258 membres du personnel invités à participer à partir de questionnaires mis en ligne sur Internet via un code personnalisé envoyé par courrier électronique.
Les enquêtes ont été réalisées à partir de trois questionnaires : un questionnaire sociodémographique et sanitaire, le questionnaire de Karasek qui mesure la demande psychologique, la latitude décisionnelle et le soutien social, et enfin le General Health Questionnaire dans la version à 28 items (CHQ-28 de Goldberg) relatif à la souffrance psychosociale, qui permet de dépister divers troubles psychiatriques non psychotiques dans la population générale.
Seulement 74 salariés ont participé aux deux enquêtes, soit 31% du total des salariés.
A deux années d’intervalle, il n’est remarqué aucune différence significative concernant le tabac, la santé perçue médiocre, les accidents, les hospitalisations, les arrêts maladie, la prise de médicaments et les troubles musculo-squelettiques. Il est noté une tendance à la diminution de la dépression, l’anxiété et l’angoisse.
La baisse d’iso-strain due à une amélioration du soutien social constitue le principal résultat de l’étude. Elle concerne surtout les femmes et les employés.
En outre le soutien social semble avoir un effet préventif sur les troubles psychologiques, et les troubles musculo-squelettiques. Ces résultats sont conformes à ceux retrouvés dans la littérature.
Il semble bien exister "une corrélation positive entre le soutien social et le bien-être psychologique, et la qualité de vie"... " Le soutien permet à la personne de croire qu’elle est estimée et valorisée et sa perception est significativement reliée à des degrés moindres du stress et d’épuisement professionnel".
(publié le 6 mai 2013)