Facteurs psychosociaux au travail et santé perçue dans l’enquête nationale SUMER.

T. Lesuffleur, J-F. Chastang, M. Cavet, I. Niedhammer Santé Publique, 2015, vol.27, n°2, pp.177-186. Bibliographie

L’objectif de l’étude est d’explorer les associations entre facteurs psychosociaux au travail, classiques et émergents et santé perçue dans la population salariée en France.
Elle résulte des données de l’enquête nationale SUMER 2010, enquête nationale transversale à laquelle ont collaboré médecins inspecteurs du travail et médecins du travail.
Un questionnaire auto-administré incluait le modèle du Job strain et les facteurs relatifs au déséquilibre efforts-récompense, aux violences de travail et aux horaires de travail. La santé perçue a été mesurée par une question unique et traitée sous la forme d’une variable binaire.
L’échantillon portait sur 46 962 salariés, 26 883 hommes et 20 079 femmes et le taux de réponse était de 87%.

Les facteurs associés à la santé perçue étaient une faible latitude décisionnelle (utilisation des compétences et autonomie décisionnelle), une forte demande psychologique, un faible soutien social (de la part de la hiérarchie pour les hommes), le manque de récompenses (faible estime et faibles perspectives de promotion pour les deux genres et insécurité de l’emploi pour les hommes), les violences psychologiques et verbales pour les deux genres. Toutes ces associations étaient très significatives et l’OR le plus fort a été observé pour le manque de récompenses.

"L’analyse de la santé perçue en trois classes a produit des résultats similaires hormis pour la violence physique qui était significativement associée à une (très) mauvaise santé perçue.
En ce qui concerne les co-variables, les associations étaient les suivantes : être un salarié plus âgé, occuper une profession peu qualifiée, travailler dans le tertiaire pour les femmes et dans la construction pour les hommes et les expositions physiques (pour les femmes uniquement) et biomécaniques (pour les hommes uniquement) se sont révélés être des facteurs de risque de mauvaise santé perçue".
Cette étude met en exergue le fait que l’environnement psychosocial au travail devrait faire l’objet de mesures préventives pour l’amélioration de la santé au travail.

(publié le 30 juillet 2015)