Harcèlement au travail et souffrance morale – une enquête prospective sur les employés norvégiens

Workplace bullying and mental distress – a prospective study of Norwegian employees L.B. Finne, S. Knardahl, B. Lau Scandinavian Journal of Work, Environment and Health, 2011, vol 37, n°4, pages 276-287. Bibliographie.

Les auteurs norvégiens ont eu pour objectif de déterminer la relation entre la souffrance morale et le harcèlement au travail en recourant à une enquête épidémiologique prospective. Au total, 1 971 employés norvégiens, recrutés dans 20 entreprises (10 du secteur privé et 10 du secteur public), ont répondu à des questions portant sur le harcèlement au travail et la souffrance morale à la fois au départ et lors du suivi. Les données du départ ont été collectées entre 2004 et 2006, et les données du suivi entre 2006 et 2009. Le délai entre le départ et le suivi était approximativement de 2 ans pour tous les répondants dans toutes les entreprises. Les facteurs mesurés dans l’enquête étaient des caractéristiques individuelles, la souffrance morale mesurée avec la check-list de symptômes de Hopkins (HS CL -10), le harcèlement moral allégué mesuré par un seul item du Questionnaire Nordique Général pour les facteurs psychosociaux au travail (QPS Nordique) et les demandes au travail et la latitude décisionnelle évaluées par le QPS Nordique.

Une analyse par régression linéaire multiple hiérarchisée, ajustée par la souffrance morale , le sexe, l’âge, les demandes au travail, et la latitude décisionnelle au départ [ß = 0,05 ; intervalle de confiance à 95% (IC 95%) 0,03-0,17] et des ANOVA répétées ajustées pour le sexe et l’âge [F (3,1965) = 38,37 ; ŋ² partiel = 0,06] montraient que le harcèlement au travail prédisait la souffrance morale. De plus, une analyse par régression logistique binaire multiple ajustée pour le harcèlement, le sexe, les demandes au travail, et la latitude décisionnelle au départ [odds ratio (OR) 2,30 ; IC 95% 1,43-3,69] montrait que la souffrance morale était un prédicteur de harcèlement.

En conclusion, les auteurs ont trouvé des éléments soutenant la notion que le harcèlement au travail allégué est un prédicteur de souffrance morale deux ans plus tard. Le harcèlement avait un effet indépendant sur la souffrance morale après ajustement pour les exigences au travail et la latitude décisionnelle. La souffrance morale était aussi un prédicteur de harcèlement, indiquant que la relation inverse est aussi importante.

(publié le 2 février 2012)