L’identification des facteurs psychosociaux : résultats des principales études

Les Cahiers des Risques Psychosociaux, 2009, n°14, p. 34-37. Bibliographie.
Cet article propose une revue des études récentes visant à mieux appréhender les risques psychosociaux.
23% des salariés se trouvent en situation de job strain (tension au travail), mais les femmes sont deux fois plus nombreuses à déclarer être en situation de souffrance psychique.
Si les cadres sont particulièrement exposés, c’est en raison de la surcharge de travail, les ouvriers et les employés souffrent, eux, plus en raison du manque de choix dans la façon de procéder.
L’étude SAMOTRACE (Santé Mentale Observatoire Travail Rhône-Alpes CEntre)révèle que 60% des salariés déclarent être exposés à une forte demande psychologique, notamment dans les secteurs de la production et distribution d’électricité, gaz et eau, le commerce, la réparation automobile et les articles domestiques chez les hommes et chez les femmes : l’immobilier, la location et les services aux entreprises. Un faible soutien social est souvent évoqué.
Les conseillers relations clients au sein des centres d’appel se plaignent de la cadence imposée, de l’absence d’autonomie, du contrôle omniprésent, de la répétitivité des tâches, de l’agressivité des clients et des horaires irréguliers.
L’âge ne semble pas avoir d’incidence sur la santé psychique des salariés, encore que le manque d’entraide, l’anxiété, la pression temporelle et l’absence de latitude pour choisir sa façon de procéder peuvent s’avérer difficilement conciliables avec une bonne régulation du vieillissement. La santé physique s’altérant avec l’âge, il convient d’adapter le travail en conséquence afin de ne pas aggraver l’évolution naturelle. Les troubles musculosquelettiques sont plus invalidants chez les sujets insuffisamment entourés et émotionnellement épuisés.
Les inaptitudes au poste évoluant souvent vers d’importantes difficultés de réinsertion professionnelle, entraînent précarité, facteur de troubles psychosociaux.
Globalement, les salariés des TPE (très petites entreprises) s’estiment plus satisfaits des conditions matérielles et organisationnelles de travail que ceux des plus grandes entreprises.
Les publics particulièrement exposés sont ceux occupant les fonctions demandant une grande polyvalence, les fonctions favorisant le fonctionnement par objectifs, les salariés vieillissants, les apprentis, les chefs d’entreprise et les femmes enceintes.
(publié le 10 septembre 2010)