La démarche ELVIE : une démarche structurée de prévention et de réduction des risques psychosociaux

J-M. Faucheux, D. Laport Les Cahiers des Risques Psychosociaux, 2009, n°14, pp.22-25
La démarche ELVIE a été déployée par l’ARACT Martinique dans une dizaine d’entreprises publiques et privées, tous secteurs confondus, allant de 20 à 200 salariés.
Cette démarche vise à réinterroger les modalités d’exécution du travail et à apprécier la qualité des relations de travail entre les acteurs. Elle permet de pointer les zones de dysfonctionnement et de tensions afin d’améliorer la pratique managériale et de donner au salarié en souffrance la possibilité de se réinterroger et d’appréhender autrement sa relation avec le collectif de travail. Elle vise à déterminer la place des conditions de travail dans l’émergence des risques psychosociaux en dépassionnant le débat.
La première étape a pour objectif de construire une démarche concertée et pluridisciplinaire ; elle se fait sous forme d’ateliers animés par un intervenant extérieur, réunissant les représentants des différents acteurs de l’entreprise.
La deuxième étape vise à identifier les facteurs de risques et les situations problématiques, d’abord en analysant les indicateurs existants dans l’entreprise ; puis en réalisant des entretiens (qui vont permettre de clarifier les différentes catégories de tensions, les systèmes de régulation défaillants, leurs interactions), qui seront complétés par des analyses de l’activité de travail. Il faut également retracer les faits marquants de l’histoire de l’entreprise (restructurations, réaménagements, avec ses menaces sur l’emploi).
La troisième étape vise à élaborer le diagnostic (il est souhaitable qu’il soit effectué par un tiers intervenant, extérieur à l’entreprise) et à le valider avec le groupe de pilotage qui doit décider du mode de restitution aux acteurs concernés par la situation qui pose problème.
La quatrième étape consiste en la mise en place d’un plan d’action adéquat et pertinent dans le domaine organisationnel : optimisation du travail, management, formation, évaluation des compétences, parcours professionnels, évaluation du travail, reconnaissance, conduite du changement.
L’important est une "démarche concertée, socialement construite où les acteurs de l’entreprise sont d’accord pour que l’intervention soit mise en œuvre". La réussite de cette démarche est directement en lien avec la qualité de l’écoute de l’analyste et de ses connaissances sur le travail.
(publié le 10 septembre 2010)