La reconstruction professionnelle après un burnout

S. Bataille Références en Santé au Travail, 2014, n°137, pp. 59-71
Les personnes victimes de burnout restent traumatisées par le travail et sont angoissées à l’idée de retourner au bureau. Le licenciement pour inaptitude au travail n’est pas la solution. Il faut dès lors réfléchir à co-construire des dispositifs de retour à l’emploi en impliquant les hiérarchies des salariés, les médecins du travail et de soins.
Pour comprendre ce phénomène, une enquête sociologique rétrospective a été menée en deux temps : 50 entretiens semi-directifs ont été conduits auprès de médecins, coachs, responsables de ressources humaines, salariés, dans l’objectif de savoir si une reconstruction de l’identité professionnelle était possible et 20 entretiens individuels approfondis ont été réalisés auprès de cadres victimes de burn-out.
Le temps paraît une source salvatrice de reconstruction dans la mesure où le salarié se le réapproprie différemment après son burn-out. Trois grands jalons sont essentiels : le passé, le présent et l’avenir.
L’espace est également un allié. S’il est indispensable de s’éloigner du lieu de travail pendant la convalescence, il est nécessaire que le retour se fasse dans un espace protégé lui servant de repère et lui permettant de tisser du lien social et prendre le recul nécessaire pour voir la situation d’un autre angle et créer de nouveaux repères.
"L’axe de l’espace est ascensionnel comme un alignement de lieux à traverser pour que la personne gagne en hauteur de vue".... "L’axe du temps se gradue comme une succession d’opportunités de reconstruction qu’il faut respecter".
Le croisement des axes du temps et de l’espace permet de situer le salarié dans sa reconstruction identitaire. "Cet équilibre repose sur un triptyque conditionnel (émotion, motivation, ambition) et un duo d’aptitudes (être soi et trouver un plaisir dans l’exercice). C’est l’atteinte du seuil de l’Ethos ou seuil d’épanouissement". Le médecin du travail accompagnera la personne dans cette dynamique de reconstruction.
Via la connaissance des cas individuels, l’équipe pluridisciplinaire de santé au travail pourra alors questionner l’organisation du travail et ainsi entamer une action préventive dans l’entreprise.
(publié le 29 septembre 2014)