Le burnout ne permet pas de prédire la dépression chez les enseignants des écoles françaises
Burnout does not help predict depression among french school teachers

R. Bianchi, I. Schonfeld, E. Laurent Scandinavian Journal of Work, Environment and Health, 2015, vol 41, n°6, pages 565-568. Bibliographie.
Le burnout a été considéré comme une phase dans le développement de la dépression. Cependant, la recherche en ce sens est peu développée. Les auteurs franco-suisses ont examiné si l’épuisement professionnel prédisait la dépression chez les enseignants des écoles françaises. Deux phases ont été conduites (T1 et T2) distantes de 21 mois et impliquant 627 enseignants (73 % de femmes) travaillant dans des écoles primaires et secondaires françaises. Le burnout a été évalué à l’aide du Maslach Burnout Inventory (MBI) et la dépression à l’aide du module Patient Health Questionnaire (PHQ-9) (questionnaire sur la santé du patient).
La sévérité des symptômes sur le PHQ-9 fournit un diagnostic provisoire de dépression majeure.
La dépression a été traitée à la fois comme une variable continue et catégorielle en utilisant des analyses par régression linéaire et logistique avec contrôles sur l’âge, le sexe et la durée moyenne d’emploi.
L’analyse par régression linéaire a montré que les symptômes du burnout au temps T1 ne permettaient pas de prédire les symptômes dépressifs au temps T2.
Les symptômes dépressifs à T1 représentaient 88 % de l’association entre les symptômes de burnout à T1 et les symptômes de dépression à T2.
De même, l’analyse par régression logistique a révélé que les symptômes de burnout professionnel à T1 ne permettaient pas de prédire les cas incidents de dépression majeure à T2 lorsque les symptômes dépressifs à T1 étaient inclus dans le modèle prédictif.
Seuls les symptômes de dépression de base prédisent les cas de dépression majeure dans le suivi. Cette étude ne conforte pas le point de vue selon lequel le burnout est une phase dans le développement de la dépression.
Evaluer les symptômes liés à l’épuisement professionnel, en plus des symptômes dépressifs « classiques » ne permet pas d’améliorer la capacité à prédire l’apparition d’une dépression ultérieure.
(publié le 28 avril 2016)