Le sentiment de fin de vie professionnelle est lié à une expérience négative

E. Marbot Entreprise et Carrières, 2014, n°1198, pp. 28-29
Le sentiment de fin de vie professionnelle gagne les individus quand ils en viennent à penser qu’il est temps pour eux de s’investir prioritairement dans autre chose que le travail ou bien parce que ce travail ne leur apporte plus de satisfactions. Ils souhaitent alors s’en échapper.
On note alors un désengagement au travail, un changement du rôle social et des objectifs de vie dans le domaine extra professionnel, une impression d’avoir fait son temps et d’être prêt à laisser la place aux jeunes.
Le travail représente dès lors une corvée quotidienne obligatoire mais non essentielle et la retraite apparaît plus attractive.
L’idéal serait de faire coïncider l’âge de la retraite avec le sentiment de fin de vie professionnelle afin que l’individu puisse se retirer au meilleur moment pour lui.
L’entreprise qui peut souffrir de cette situation en termes de productivité et de climat social peut agir non seulement sur la composante de satisfaction au travail mais étudier aussi les représentations que se font les salariés de l’âge ou de la cessation d’activité.
Il faut éviter toute politique de ressources humaines discriminante pour les seniors y compris quand elle prétend favoriser le maintien dans l’emploi des seniors. Il faut remplacer la notion d’âge par celle d’ancienneté dans le poste et sensibiliser les managers à la performance collective. Ainsi se forgera un bon climat intergénérationnel de coopération qui concernera tous les salariés.
(publié le 6 novembre 2014)