Pilotage du travail et risques psychosociaux
Enquête SUMER 2010

T. Coutrot, N. Sandret Références en Santé au Travail, 2015, n°142, pp. 41-53. Bibliographie

Parmi les facteurs organisationnels susceptibles d’engendrer des RPS au travail, figurent entre autres les modes de fixation et d’évaluation du travail des salariés par leur hiérarchie (ce qu’on appelle le mode de pilotage du travail).
Selon l’enquête SUMER 2010, 56% des salariés ont au moins un entretien d’évaluation par an avec leur supérieur hiérarchique. L’entretien est dit "cadré " lorsque l’évaluation individuelle repose sur des critères jugés "précis et mesurables".
Cinq situations-type de pilotage et d’évaluation du travail sont répertoriées :

  • 33% des salariés n’ont ni entretien, ni objectifs chiffrés,
  • 21% bénéficient d’un entretien individuel "cadré" mais sans objectifs chiffrés,
  • 10% ont un entretien d’évaluation mais sans critères précis ni objectifs chiffrés,
  • 22% ont des objectifs chiffrés avec un entretien "cadré",
  • 13% ont des objectifs chiffrés mais pas d’entretien individuel d’évaluation ou bien un entretien dit "non cadré".

Il apparaît que la fixation d’objectifs chiffrés précis est associée à une plus forte exposition en termes d’intensité du travail, de manque de soutien social, de demande émotionnelle, de conflits éthiques, d’insécurité socio-économique et dans une moindre mesure, en termes de manque d’autonomie.
Au contraire, les entretiens individuels d’évaluation lorsqu’il sont "cadrés", sans être liés à des objectifs chiffrés, sont associés à une moindre exposition à la plupart des risques psychosociaux. Les collaborateurs bénéficient d’autonomie et de soutien social de la part de leur hiérarchie ou de leurs collègues et ressentent moins souvent les conflits éthiques ou de l’insécurité dans leur emploi.
Les entretiens "cadrés" menés rigoureusement jouent un rôle modérateur par rapport à une situation sans objectifs chiffrés ni entretien.
En effet, le risque de symptôme anxieux ou dépressif est accru de 50% lorsque des objectifs chiffrés sont fixés sans être associés à un entretien "cadré".
Lorsque les objectifs chiffrés sont fixés mais associés à un entretien "cadré", le risque chute à 20%.

(publié le 4 septembre 2015)