Réorganisations
Mieux prévenir le stress des "survivants"

V. Leblanc, R. Le Saint, C. Coq-Chodorge Entreprise et Carrières, 2014, n°1184, pp. 20-27
Les restructurations et nouvelles organisations peuvent avoir des répercussions importantes sur la santé des salariés impactés.
Un mouvement s’amorce pour mieux anticiper les conséquences de ces réorganisations sur la santé psychique des salariés et certaines entreprises par voie d’accords collectifs réalisent des études des impacts humains des changements.
Depuis peu, certaines entreprises intègrent la consultation du CHSCT dans leurs calendriers de projets de réorganisation et proposent une méthodologie pour évaluer la charge de travail des salariés restants. Si le calcul de la charge de travail est habituelle dans le secteur industriel, il est plus complexe dans le secteur des services, beaucoup moins standardisé. Des cabinets spécialisés dans l’écoute et les services de santé au travail s’impliquent pour mieux intégrer les évolutions des métiers.
La charge de travail est sous l’œil des juges et le plan de réorganisation d’une entreprise a été contesté en justice par des syndicats et des CHSCT et suspendu au motif que la charge de travail des salariés conservant leur poste était sous-évaluée.
Mais en dépit de mesures mises en place, la réussite n’est pas toujours au rendez-vous et pour certaines entreprises qui se sont intéressées au bien-être au travail et ont pris un certain nombre d’initiatives, les résultats ne sont pas probants et la charge de travail continue d’augmenter.
Il est important de prendre en compte les risques en amont des transformations et d’accompagner sur le terrain les évolutions des métiers.
Les juges attendent de l’employeur une effectivité de la prévention et il leur paraît clair "que la qualité de vie au travail ne peut plus être dissociée des stratégies économiques".
(publié le 25 septembre 2014)