Risques psychosociaux et accidents du travail

Prevent Focus, janvier 2012, pp.16-19
Une piste pour améliorer encore la prévention se situe au niveau des facteurs psycho-organisationnels, et du climat de sécurité à promouvoir dans les entreprises.
Ainsi, une mission a été donnée par le SPF ETCS (Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale) afin de réaliser une recherche sur le lien entre charge psychosociale au travail et accidents du travail en Belgique. L’objectif de ce projet était de réaliser un référentiel des facteurs de risques psycho-organisationnels et de formaliser celui-ci sous forme de questionnaire à ajouter à la fiche d’accident du travail établie obligatoirement par l’employeur pour chaque accident du travail ayant entraîné au moins une incapacité de travail de 4 jours.
Ce projet s’est appuyé sur une étude de la littérature et une analyse des accidents du travail en Belgique. Un questionnaire préliminaire reprenant les éléments de la charge psychosociale au travail dans le cadre des accidents du travail a été élaboré puis discuté lors de réunions avec différents acteurs de la prévention.
La version finale du questionnaire est composée de 5 parties : 1) contenu du travail et circonstances de travail au moment de l’accident, 2) conditions d‟emploi, 3) relations de travail, 4) questions supplémentaires et 5) évaluation du questionnaire
Cette version a été pré-validée en néerlandais et en français sur cent cas d’accidents réels, dont 70 néerlandophones et 30 francophones.
Ce questionnaire a mis en évidence les facteurs psycho-organisationnels suivants.
"Dans 21% des cas, aucune instruction appropriée n’a été donnée pour la tâche, et pour près de 30%, aucune formation pratique n’a été donnée pour la tâche. Près de 5% des victimes ont reçu des instructions contradictoires au moment de l’accident du travail et 14% n’avaient aucune autonomie dans leur travail. 15% des personnes ont été interrompues ou ralenties et 9% ont été distraites.... Le niveau de concentration, la pression du temps et la difficulté du travail étaient élevés dans près de 17, 13 et 12 % des cas respectivement. La charge émotionnelle, quant à elle, était élevée dans 11% des cas. 18% des personnes étaient dans une équipe qui avait récemment été modifiée et 11% avaient plusieurs activités professionnelles. 17% trouvaient que leur environnement de travail n’était pas sécurisé, 10% mettaient en cause un manque de formation à la sécurité, et 7% le management ou l’organisation".
Pour chaque accident, le nombre d’éléments psychosociaux qui se révélaient comme étant potentiellement explicatifs de l’accident a été comptabilisé. Sur un total de 100 accidents considérés, entre 0 et 22 facteurs psychosociaux ont été relevés par accident, c’est-à-dire, en moyenne, 6 facteurs par accident.
Cette analyse met en évidence l’utilité d’un questionnaire relatif aux aspects psychosociaux. Du moins, elle appuie la pertinence de prendre en considération ces facteurs.
Ce questionnaire n’est pas encore disponible.
(publié le 12 avril 2012)