Santé mentale et travail

Prevent Focus, 2008, n°10, p. 8-11

La maladie mentale est responsable d’absentéisme (47 % des absences à long terme), mais a aussi un impact négatif sur la productivité et la gestion du temps. Ce présentéisme se serait élevé en 2007 à près de 60 % de la totalité des coûts liés aux maladies mentales. Les troubles d’ordre mental créent une stigmatisation et une discrimination au travail (les personnes affectées éprouvent plus de difficultés à trouver un emploi ou à le garder). En conséquence de cette discrimination, le salarié malade hésite à en parler ou tarde à se faire soigner. « Certains employeurs font appel à des experts externes afin d’évaluer l’état de santé des personnes fragilisées ou les services en difficulté et de les guider vers le service approprié. Cependant, ces examens ne pallient pas le besoin d’une réelle politique de prévention en matière de santé mentale ». Les employeurs ont une responsabilité dans la promotion du bien-être au travail et doivent agir en vue de l’amélioration des conditions de travail, de proposition de services au personnel, d’initiatives en matière de conciliation vie professionnelle - vie privée, de bon dialogue avec les responsables, de participation à la prise de décision, d’autonomie dans le travail, de reconnaissance du travail fourni. L’important est de combiner les mesures de type organisationnel avec des mesures individuelles telles que soutien psychologique et suivi personnalisé.

09B0493

(publié le 29 avril 2009)