Santé psychosociale et mentale chez les footballeurs professionnels (retraités et actifs)
Mental and psychosocial health among current and former professionnal footballers

V. Gouttebarge, M. Frings-Dresen, J. Sluiter Occupational Medicine 2015, vol 65, n°3, pages 190-196. Bibliographie.

De la même façon que les athlètes de haut niveau provenant d’autres disciplines sportives, des blessures graves ou récurrentes chez les footballeurs professionnels sont considérées comme des facteurs de risque principaux de stress physique et psychosocial, qui peuvent prédisposer à des problèmes de santé mentale pendant et après leur carrière.

Cette enquête hollandaise détermine la prévalence des problèmes de santé mentale et les difficultés psychosociales chez les footballeurs professionnels en activité et retraités et explore l’association entre les facteurs de stress psychosociaux et les conditions de santé.

Basé sur des échelles validées, un questionnaire papier et électronique a été développé pour les footballeurs professionnels (en activité ou retraités) et distribué par la fédération internationale de football aux joueurs de 6 pays de l’Union Européenne.
La prévalence a été calculée et des analyses transversales ont été menées. Le taux de réponse était de 29 % avec 253 réponses disponibles pour l’analyse.
La prévalence des problèmes de santé mentale variait de 5 % (épuisement professionnel) à 26 % (anxiété/dépression) chez 149 joueurs actuels et 16 % (épuisement professionnel) à 39 % (anxiété/dépression) chez 104 footballeurs retraités.
La prévalence des problèmes psychosociaux variait de 3 % (faible estime de soi) à 26 % (troubles du comportement nutritionnel) chez les joueurs en activité et de 5 % à 42 %, respectivement, chez les retraités.
Dans les 2 groupes, les problèmes de santé mentale étaient significativement associés à un faible soutien social (OR = 1,1), et à des événements récents de la vie (OR = 1,4 - 1,6) chez les anciens joueurs. Des antécédents de chirurgie étaient significativement associés au tabagisme (OR = 1,9) chez les anciens joueurs.

La prévalence des problèmes de santé mentale et/ou des difficultés psycho-sociales chez les footballeurs retraités et en activité a été jugée élevée.

(publié le 17 août 2015)