Violences au travail : un modèle-cadre pour comprendre et intervenir

M. Favaro

Les situations de violence au travail tendent à s’entretenir selon le principe du " cercle vicieux".
Afin de guider l’action de prévention, l’INRS propose une approche "qui consiste à considérer que l’accumulation progressive d’incidents techniques, de mauvaise compréhension et plus généralement d’événements perturbateurs divers, détériore si rien n’est fait, les relations de travail entre les personnes confrontées à la répétition de ces problèmes ". Il s’ensuit des recherches de responsabilité, des comportements de repli et d’isolement, des sentiments de frustration et de non-reconnaissance du travail accompli. Tous ces vécus négatifs concourent à des actes de violence.
Le dispositif propose trois niveaux d’action, non exclusifs les uns des autres :

  • "rapprochement des instances professionnelles (services de santé et sécurité au travail, ressources humaines, instances représentatives du personnel) de façon à promouvoir et optimiser un échange et un partage de l’importance des difficultés ressenties et de leurs localisations" ;
  • "apports méthodologiques et pédagogiques (outils de retours d’expériences, arbre des causes, techniques de simulation) contribuant à l’analyse des problèmes rencontrés" ;
  • "mise en place de procédés de débriefing et de soutien aux personnes victimes de violences".

L’objectif de cette démarche est d’instaurer ou de restaurer une régulation des processus de travail, en vue de contenir les risques de dérives organisationnelles et relationnelles non contrôlées à temps, qui peuvent être à terme pourvoyeurs de violences.

(publié le 28 mars 2016)