Coopération entre intervenants et médecins du travail en prévention des risques psychosociaux

M. Lapoire-Chasset Références en Santé au Travail, 2019, n°160, pp. 105-116. Bibliographie

Nombreux sont les intervenants spécialisés, sollicités par les entreprises pour faire face à des situations de santé psychique au travail.
Il s’agit de médecins du travail, d’intervenants en prévention des risques professionnels (IPRP), d’ergonomes, de psychologues, d’experts, de formateurs, d’animateurs, voire de sociologues ou d’ ingénieurs. Ils émanent d’instances diverses : services de santé au travail, caisses d’assurance retraite et de santé au travail, (Carsat), d’association régionale pour l’amélioration des conditions de travail (ARACT), de cabinets de consultants…..
Afin de connaitre les conditions nécessaires pour faciliter l’adoption de conditions de travail non délétères, ont été analysées 21 interventions menées seuls ou à plusieurs. Tous ceux qui avaient collaboré avaient les compétences requises pour mener à bien ces interventions.
Les résultats ont été discutés en groupe. Une méthodologie à la fois comparative et participative a été adoptée et les cas sélectionnés ont été étudiés de manière similaire afin de pouvoir être comparés entre eux. Les conclusions de ces analyses ont été mises en débat avec les intervenants associés à l’étude en s’appuyant sur les connaissances de chacun (qui avaient des statuts différents).

Il en ressort que trois conditions sont nécessaires pour intervenir face aux RPS

  • inscrire l’intervention dans le champ de la prévention,
  • mettre en évidence les situations délétères afin d’impliquer les différentes parties à se poser la question en termes de santé au travail (plutôt que de focaliser l’attention sur les problèmes de RPS isolé et centrer l’analyse sur des facteurs uniquement individuels ou interindividuels),
  • organiser une collaboration entre intervenants et médecins du travail afin de légitimer l’intervention.
(publié le 18 mars 2020)