Epuisement professionnel chez les médecins et infirmières belges
Burnout in Belgian physicians and nurses

S. Vandenbroeck, E. Van Gerven, H. De Witte, K. Vanhaecht, L. Godderis Occupational Medicine 2017, vol 67, n°7, pages 546 -554. Bibliographie.

L’épuisement professionnel chez les soignants est un problème mondial. Cependant, la plupart des études se concentrent sur les facteurs professionnels et leur impact pour une seule profession ou une seule spécialité médicale.

Cette étude belge étudie la prévalence de l’épuisement professionnel et ses associations avec les exigences professionnelles, les ressources professionnelles, le bien-être individuel, les attitudes et comportements professionnels, chez les médecins et les infirmières de différentes spécialités.
Une étude transversale multicentrique de médecins et infirmières travaillant dans les hôpitaux belges a été réalisée. Un questionnaire par voie électronique a été utilisé pour évaluer les exigences professionnelles (par exemple la charge de travail), les ressources professionnelles (par exemple l’autonomie) et les indicateurs de bien-être, les attitudes et comportements professionnels. La modélisation par équation structurelle a été utilisée pour examiner les inter-relations entre les variables explicatives et les résultats.
1969 médecins et 4 531 infirmièr(e)s ont participé ; taux de réponse de 26 %. Des scores élevés (> 75ème percentile en référence au groupe des travailleurs de la santé néerlandaise), ont été observés dans 6 % de l’échantillon sur les trois dimensions de l’épuisement professionnel (épuisement émotionnel, dépersonnalisation et compétence personnelle) et dans 13 % pour au moins deux dimensions. Contrairement aux autres dimensions, l’épuisement émotionnel était fortement lié à presque toutes les variables examinées dans le modèle.
Des associations positives ont été observées avec la charge de travail, les conflits de rôles, la charge émotionnelle et l’interférence travail-vie personnelle et des associations négatives avec la formation professionnelle, les perspectives de développement professionnel et le soutien des collègues.
L’épuisement émotionnel était corrélé négativement avec le bien-être , l’intention de changement, le fait d’être préparé ou être capable de travailler jusqu’à l’âge de la retraite, la prise de médicaments, l’absentéisme et le présentéisme.
Des facteurs liés au travail étaient corrélés de façon critique à l’épuisement émotionnel, qui étaient fortement reliés à un mauvais état de santé et à l’intention de changement professionnel.
Des essais contrôlés randomisés seraient souhaitables pour étayer l’efficacité des interventions visant à lutter contre les facteurs de stress professionnel et promouvoir les ressources professionnelles.

(publié le 20 février 2018)