L’âge et le genre contribuent-ils aux symptômes d’épuisement professionnel ?
Do age and gender contribute to workers’ burnout symptoms ?

A. Marchand, M.E. Blanc, N. Beauregard Occupational and Environmental Medicine, 2018, vol 68, n°6, pp. 405-411. Bibliographie.

Malgré l’existence de preuves de plus en plus nombreuses concernant l’association entre le stress professionnel et l’épuisement professionnel, il existe peu d’études concernant les possibilités d’association du genre et de l’âge des travailleurs avec l’épuisement professionnel.

Cette enquête canadienne évalue la relation entre l’âge, le genre et leurs interactions avec l’épuisement professionnel, dans un échantillon de travailleurs canadiens.

Les données ont été collectées entre 2009 et 2012 à partir d’un échantillon de 2 073 travailleurs canadiens issus de 63 lieux de travail dans la province du Québec. Les données ont été analysées avec des modèles de régression multi-niveaux pour tester la linéarité ou la non-linéarité de l’interaction entre l’âge et l’épuisement professionnel. Des analyses ajustées sur le statut marital, le statut parental, le niveau d’éducation et le nombre d’heures travaillées ont été effectuées sur la totalité de l’échantillon et stratifiées selon le genre.
Le taux de réponse a été de 73 %. L’âge suivait une relation non linéaire avec l’épuisement émotionnel et l’épuisement total, alors qu’il était linéairement lié au cynisme et à une réduction de l’efficacité professionnelle. Le taux d’épuisement professionnel diminuait avec l’augmentation de l’âge des hommes, mais l’association était bimodale chez les femmes, celles d’un âge entre 20 et 35 ans et celles de plus de 55 ans montraient des taux d’épuisement professionnel plus élevés.
Ces résultats suggèrent que les symptômes d’épuisement professionnel varient considérablement selon les différents stades de la vie chez les hommes et les femmes actifs professionnellement. Les hommes les plus jeunes, les femmes entre 20-35 ans et celles de plus de 55 ans sont particulièrement exposés et devraient représenter une cible pour les programmes visant à réduire le risque d’épuisement professionnel.

(publié le 18 mars 2020)