Le monde du travail est devenu fou !

M. Dumortier le cherche-midi, collection Documents, Paris, 2020, 325 pp. Bibliographie

Ce livre écrit par un médecin du travail, rapporte au travers de "témoignages bouleversants, aussi émouvants que révoltants", l’histoire de travailleurs malmenés par les exigences multiples imposées par les contraintes techniques, économiques, managériales, organisationnelles du monde d’aujourd’hui, qui engendrent des souffrances (stress, burn-out, bore-out, dépression, voire suicide), des conséquences négatives sur le travail (travail de moindre qualité, travail vide de sens, impossibilité de faire du beau travail), mais aussi des relations sociales perturbées (manque de reconnaissance, injonctions paradoxales), voire conflictuelles (agressivité des managers et parfois même conflits de valeurs).
" Le travail n’est jamais neutre sur un individu, soit il le construit, soit il le détruit".

Depuis une vingtaine d’années, la surcharge mentale est devenue la première plainte des salariés et la souffrance au travail serait-elle devenue le mal du siècle ?
Des consultations de souffrance au travail existent dans tous les services hospitaliers de pathologies professionnelles et environnementales et l’auteure assure d’ailleurs une consultation de ce type à l’Hôpital Intercommunal de Créteil.

La pandémie de coronavirus a aggravé la situation en déstabilisant les travailleurs car tout a brusquement changé (confinement entraînant privation de liberté, isolement associé à la solitude, télétravail instauré brutalement sans réelle concertation, comportements irrationnels de certains salariés générés par la peur de la contamination ou réactions inappropriées de certains employeurs, culpabilisation des personnels soignants ayant contaminé leur entourage).
Le télétravail à lui seul a eu des effets variés selon les individus (embellie pour certains, "calvaire" pour d’autres, irruption de la vie professionnelle dans la sphère privée et nombreux impacts psychologiques et nouvelles addictions (jeu, psychotropes).
Le médecin du travail a lui aussi été parfois malmené ; le salarié ou les représentants du personnel remettant en cause ses décisions.
Dans une deuxième partie, l’auteur décrit les mots utilisés pour verbaliser tout ce mal-être, qu’il s’agisse de stress, de burn-out, de bore-out, mais aussi de violences ou de harcèlement moral.
Une troisième partie passe en revue les particularités en lien avec la maladie chronique ou le genre.
Des annexes viennent apporter les précisions pour le grand public en ce qui concerne le rôle et les missions du médecin du travail.

Voilà un ouvrage que tout le monde devrait lire : il fait la lumière sans concession sur l’épuisement au travail que ressentent de nombreux salariés qui aimeraient faire un travail de qualité et avoir de la reconnaissance.
Le médecin du travail se retrouvera dans cette écoute attentive et son souhait d’approfondir le dialogue pour faire émerger des solutions.
Le grand public, les salariés, les employeurs y puiseront des informations sur le travail dégradé et se rendront compte de l’importance de ce fléau qui constitue un réel problème de santé publique ; mais aussi et surtout de l’aide précieuse du médecin du travail qui a un rôle très important à jouer car "il n’est pas un spectateur passif et sans recul". Il "est au cœur du monde du travail, il en est un témoin privilégié".

(publié le 27 octobre 2020)