Le retour des cellules d’écoute psychologique

D. Perez Liaisons sociales Magazine, 2021, n°219, pp. 16-17

Mises en place il y a une bonne dizaine d’années, les cellules d’écoute psychologique ont connu un regain d’intérêt en ces temps de crise sanitaire liées à la Covid-19.
Lors du premier confinement en mars 2020, les appels à ces cellules ont augmenté de 45% et les contrats souscrits par les entreprises ont sérieusement augmenté. Idem en septembre 2020 avec une nouvelle recrudescence.
Le pourcentage des salariés utilisant effectivement ces services est estimé à 1% des effectifs de chaque entreprise, mais c’est le nombre d’entretiens par salarié qui a augmenté.
Ces lignes d’écoute doivent être plus qu’un baromètre de l’état d’anxiété, elles doivent permettre aux entreprises de mesurer les risques dans un service ou une entité.
Le caractère personnel et confidentiel reste un principe de base, mais des reportings sont nécessaires sur le nombre d’appels, le motif des appels pour servir d’alertes afin de dépister des situations à risque.
Ces lignes d’écoute peuvent être doublées d’une application offrant des conseils de gestion du stress ou proposant des webinaires destinés aux managers.

Les chefs d’entreprise n’ont pas été oubliés. Le ministère de l’Économie a mis en place un numéro vert en avril 2020 pour offrir une aide psychologique aux entrepreneurs en souffrance aiguë.

(publié le 6 mai 2021)