Managers en souffrance : les grands oubliés de la SST ?

Protection Individuelle et Collective, PIC, 2018, n°108, pp. 54-55.
Les managers comme les autres salariés des entreprises sont soumis à une intensification du travail. Ils doivent prendre en charge des problématiques qualité de vie au travail ou de gestion des collectifs de travail pour lesquels ils n’ont pas été formés, gérer des injonctions paradoxales, produire du reporting davantage que de manager des hommes, exercer un travail de plus en plus administratif (alors que le travail de réflexion est plus souvent confié à des consultants extérieurs), gérer les difficultés de leurs équipes entre travail prescrit et travail réel, tout cela en étant joignable constamment mais sans reconnaissance des entreprises.
Les managers sont épuisés, stressés, débordés, frustrés. Absentéisme et burn-out augmentent chez les cadres. Leur souffrance existe, mais très peu protestent. Certains choisissent de se taire et se protègent en ne faisant que le minimum, en n’approfondissant plus les dossiers et en s’installant dans une résistance au changement néfaste pour l’entreprise.
Que faire ?
Remettre en question l’organisation et centrer les accords sur la qualité du vie au travail sur les managers car quand les cadres sont épanouis, leurs équipes vont mieux. Les solutions habituellement adoptées tiennent trop peu compte des réalités du terrain et du vécu au travail des managers.
(publié le 23 mars 2018)