Perceptions par leurs employeurs des salariés en situation de souffrance psychique liée au travail

J.Foure, F. Vincent, C. Cade, W. Bellanger, A. Petit, C. Begue Archives des maladies professionnelles et de l’environnement, 2019, vol. 86, n°1, pp. 16-26, Annexe et références.
L’objectif principal de cette étude était d’étudier la perception par les employeurs, des salariés de leur entreprise en situation de souffrance psychique liée au travail( SPT)
La SPT apparaît comme le deuxième groupe pathologique le plus fréquent en milieu professionnel.
Une étude qualitative par entretiens individuels (15) a été menée auprès d’employeurs ou de directeurs de ressources humaines d’entreprise allant de 5 à 900 salariés.
Cette étude "a permis de montrer qu’il existe aujourd’hui encore pour les employeurs de grandes sources d’incompréhension concernant les RPS. Ces incompréhensions apparaissent secondaires aux difficultés d’appréhender les notions de SPT, à la confusion possible avec les problématiques d’ordre personnel et à leurs difficultés de positionnement, entre exigence de rentabilité de l’entreprise et bien-être au travail des salariés. Ces situations ont été source de tension au sein de l’entreprise" et la plupart des employeurs ont mentionné le recours à une rupture conventionnelle pour y mettre fin.
"Cette étude a également montré une non reconnaissance de la SPT du salarié par certains employeurs".
La plupart des employeurs ont décrit des difficultés d’actions en cas de SPT en lien avec un défaut de formation sur la gestion du personnel et les actions à entreprendre. _ Quelques employeurs ont rapporté cependant qu’une formation spécifique serait inutile et que la capacité de gestion des cas de SPT serait liée à des compétences innées et acquises par l’expérience. Certains employeurs ont décrit l’absence de conduite à tenir standardisée et une limitation de leur action, secondaire à une absence de communication de sa souffrance par le salarié.
(publié le 3 mai 2019)