Revue systématique : facteurs associés au retour au travail en situation d’épuisement professionnel
Systematic review : factors associated with return to work in burnout

R. Kärkkäinen, T. Saaranen, S. Hiltunen, O.P. Ryynänen, K. Räsänen Occupational Medicine 2017, vol 67, n°6, pp. 461-468. Bibliographie.

L’épuisement professionnel est un facteur prédictif d’arrêt de travail voire même d’un retrait définitif du monde du travail. Néanmoins, la connaissance des obstacles et des facilitateurs pour le retour au travail dans cette situation est limitée. Cette enquête finlandaise identifie les facteurs associés au retour au travail chez ces salariés afin d’éclairer les services de santé au travail sur les modalités de retour au travail. Une recherche systématique d’études quantitatives et mixtes, publiées de janvier 2005 à juillet 2016 en anglais et en français dans les bases de données ARTO, CINAHL (EBSCO), Medic, PsycINFO (ProqQuest), Pubmed, Scopus et Web of Science, suivies d’une recherche manuelle, a été réalisée. Les auteurs ont inclus des études qui identifient, dans les résultats, l’épuisement professionnel avec des outils de mesure validés et appréciant le degré du retour au travail ou d’arrêt de travail. 10 études (3 expérimentales et 7 observationnelles) sur 1 345 initialement identifiées ont été incluses.
Celles-ci ont retrouvé des facteurs professionnels, une bonne communication (association positive), un faible contrôle au travail (association négative) et des facteurs individuels ; le genre masculin (association positive), des mécanismes d’adaptation personnelle (association négative), l’engagement excessif au travail (association positive) et des facteurs liés à l’épuisement professionnel ; un sommeil non perturbé (association positive), une durée d’arrêt maladie (plus de 6 mois) (association positive), un congé maladie à temps partiel (association positive) ; tous ces paramètres étant associés au retour au travail en cas d’épuisement professionnel.

L’association entre la réadaptation et le retour au travail, ainsi que l’association entre le niveau des symptômes, de déficience cognitive et de retour au travail sont demeurées floues.

Peu d’études quantitatives, de qualité méthodologique variée, explorent les facteurs associés au retour à l’emploi en cas de syndrome d’épuisement professionnel. Des recherches plus approfondies sont nécessaires pour reconstituer une base de données factuelles et élaborer des lignes directives pour des actions de soutien de la part des services de santé au travail.

(publié le 5 février 2018)