Violences à l’hôpital

Le Quotidien du Médecin, Hebdo, 2021, n°9892, pp.18-19
Selon l’Observatoire national des violences en milieu de santé (ONVS), le personnel hospitalier est de plus en plus exaspéré face à une violence verbale et parfois physique qui devient un fléau quotidien.
81% des signalements relèvent d’atteintes aux personnes (insultes, injures, intimidations, outrages, menaces, mais aussi violences physiques et agressions avec arme).
21% des violences sont liés à un trouble psychique ou neuropsychique.
Les structures les plus exposées sont les services de psychiatrie, les urgences, les unités de soins de longue durée et les EHPAD.
Si les médecins restent relativement préservés, ce sont les infirmières et les aides soignantes qui paient le plus lourd tribut.
Les agresseurs sont le plus souvent les patients eux-mêmes (70%) et les visiteurs/accompagnants (18%).
Les motifs répertoriés les plus fréquents sont le reproche relatif à une prise en charge, le refus de soins, le temps d’attente et l’alcoolisation.
Tout cela dégrade gravement les conditions de travail.
Devant une telle flambée de violence, l’ONVS insiste sur la nécessité d’un recours pénal rapide et incite les victimes à déposer plainte systématiquement.
(publié le 20 mai 2021)