Asthme professionnel et rhinite professionnelle : le modèle de l’atteinte commune des voies aériennes revisité
Occupational athma and occupational rhinitis : the united airways disease model revisited

J. Ameille, K. Hamelin, P. Andujar, L. Bensefa-Colas, V. Bonneterre, D. Dupas, R. Garnier, B.A. Loddé, M. Rinaldo, A. Descatha, G. Lasfargues, J.C. Pairon Occupational and Environmental Medicine, 2013, vol 70, n°7, pages 471-475. Bibliographie.

Tandis qu’une accumulation de preuves indique des associations étroites entre rhinite et asthme, on dispose de peu de connaissances sur les relations entre la rhinite professionnelle (RP) et l’asthme professionnel (AP). Cette enquête française analyse la prévalence de la RP avec l’AP, de manière globale et selon les différents agents responsables, et elle explore les relations temporelles entre ces deux conditions.

Les données sur les cas incidents d’AP (entre 2008 et 2010) ont été recueillies grâce au réseau national français de vigilance et de prévention des pathologies professionnelles (rnv3p) en recourant à un formulaire standardisé incluant des informations sur la profession, les agents responsables, la présence d’AP, et les dates de survenue respective de rhinite et d’asthme.

Parmi les 596 cas d’AP signalés avec une période de latence, 555 ont pu être attribués à des agents identifiés : des agents de haut poids moléculaire (HPM) (n = 174) et des agents de bas poids moléculaire (BPM) (n = 381). Globalement, la RP était associée avec l’AP dans 324 cas (58,4 %). La fréquence de l’association était significativement plus élevée pour les agents HPM que pour les agents BPM (72,2 % versus 51,5 % ; p< 0,001). La RP survenait avant l’AP significativement plus souvent pour les agents HPM que pour les agents BPM (p< 0,01).

En conclusion, ces résultats montrent que la RP est fréquemment associée avec l’AP, en particulier lorsque des agents HPM sont impliqués. Ces résultats sont cohérents avec l’hypothèse selon laquelle la RP, en conjonction avec l’AP, est plus souvent causée par des sensibilisants qui provoquent des affections médiées par les IgE et suggèrent que les symptômes de RP devraient être pris en compte dans la surveillance médicale des travailleurs exposés aux agents HPM.

(publié le 30 septembre 2013)