Evaluation de l’exposition aux hydrocarbures aromatiques polycycliques chez les ouvriers asphalteurs des autoroutes par le dosage du 1-hydroxypyrène urinaire

Valutazione dell’exposizione a idrocarburi policiclici aromatici in addetti ad opere di asfaltatura autostradale mediante misura di 1- idrossipirene urinario L. Campo, R. Calisti, E. Polledri, F. Barretta, R. Stopponi, S. Massacesi, P.A. Bertazzi, S. Fustinoni La medicina del Lavoro, 2011, vol. 102, n°6, pages 484-493. Bibliographie.

Les asphalteurs sont potentiellement exposés aux hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAPs). Du fait que certains HAPs sont classés comme cancérogènes, l’évaluation de l’exposition professionnelle de ces agents est de la plus haute importance dans la prévention de leurs effets toxiques. L’objectif de cette enquête italienne était d’évaluer l’exposition aux HAPs par le dosage urinaire du 1- hydroxypyrène (1-0HPyr). Les auteurs ont étudié 22 asphalteurs (14 fumeurs) et 5 sujets référents (1 fumeur). De multiples échantillons urinaires (jusqu’à 4 par sujet) ont été recueillis en fin de poste pour le mesurage du 1-0HPyr par chromatographie liquide couplée à la spectrographie de masse avec un révélateur à triple quadrupôle. Des modèles linéaires univariés et multivariés pour mesurages répétés ont été utilisés pour évaluer les différences entre les groupes et pour identifier les variables influençant l’exposition.

L’excrétion urinaire médiane de 1-0HPyr chez les asphalteurs était basse, mais plus élevée que chez les sujets référents (184 vs < 20 ng/l ; ou 106 v < 20 ng/g de créatinine, p < 0,001) ; le fait de fumer augmentait légèrement le 1-0HPyr chez les asphalteurs fumeurs par rapport aux non fumeurs (129 v 208 ng/l, p = 0,09 ou 94 vs 121 ng/g de créatinine, p = 0,06). Le nombre de jours travaillés consécutifs influençait significativement l’excrétion urinaire de 1-0HPyr [+ 59 % chaque jour, IC : (2,147), p = 0,04]. Les sujets utilisant les machines à asphalter avaient les expositions les plus élevées. Une association forte a été observée entre le 1-0HPyr et la créatinine urinaire.

En conclusion, le 1-0HPyr urinaire est un indicateur utile de l’exposition professionnelle aux faibles taux d’HAPs, tels que ceux trouvés chez les sujets étudiés ; quand on utilise ce biomarqueur, il est recommandé de recueillir des échantillons d’urine en fin de semaine de travail et d’exprimer les taux du biomarqueur corrigés en fonction de la créatinine urinaire.

(publié le 12 avril 2012)