Exposition professionnelle au benzène dans le circuit de distribution des carburants et conséquences pour la surveillance médicale des employés

L. Bensefa-Colas, F. Pineau, P. Hadengue, J.P. Gennart, D. Choudat, F. Conso Archives des Maladies Professionnelles et de l’Environnement, 2009, vol. 70, n° 2, p.141-151. Bibliographie

L’exposition professionnelle au benzène a été étudiée au travers de deux campagnes de mesures, l’une incluant 120 salariés de 24 stations-services (personnels de boutique) et 40 chauffeurs-citernistes de huit dépôts et l’autre regroupant 28 citernistes et 45 personnels de trois dépôts. Les salariés ont été recrutés sur la base du volontariat et tous les dépôts étaient représentatifs du parc français. L’exposition a été quantifiée par la métrologie du benzène atmosphérique par des mesures individuelles dans l’air inspiré et le dosage de l’acide trans, trans-muconique dans les urines en fin de poste. Les résultats montrent des niveaux d’exposition atmosphérique moyens inférieurs à la valeur limite d’exposition professionnelle (VLEP), avec néanmoins des variabilités en fonction des postes et des tâches effectuées. « Dans les conditions normales d’exercice professionnel des employés des stations-services et des dépôts, le niveau d’exposition moyen est inférieur à 10 % de la VME actuelle. En terme de surveillance médicale vis-à-vis de ce risque chimique, le médecin du travail devra adapter son suivi en fonction de la présence actuelle ou passée de tâches potentiellement exposantes et devra tenir compte d’éventuels dysfonctionnements ».

09B08142

(publié le 1er octobre 2009)