Expositions professionnelles et risque de neurinome de l’acoustique
Occupational exposures and risk of acoustic neuroma

M Prochazka, M Feychting, A Ahlbom, C Edwards, G Nise, N Plato, J Schwartzbaum, U Forssén Occupational and Environmental Medicine, 2010, vol 67, n°11, pages 766-771. Bibliographie.

Le neurinome de l’acoustique est une tumeur bénigne représentant approximativement 6 à 10% de toutes les tumeurs intracrâniennes et qui survient principalement chez des patients âgés de 50 ans et plus. Le but des auteurs suédois et américains était d’explorer une grande quantité d’expositions professionnelles, d’intitulés de postes de travail individuels, et de statuts socio-économiques (SSE) comme facteurs de risque potentiels de neurinome de l’acoustique.

Les auteurs ont mené une enquête cas-témoin en population générale à partir de 793 cas de neurinome de l’acoustique identifiés grâce au Registre Suédois du Cancer et de 101 762 témoins sélectionnés par tirage au sort.

Les informations sur les SSE et le métier ont été obtenues à partir des listes électorales et liées à des matrices emploi-exposition. Une régression logistique a été utilisée pour estimer les odds ratios (ORs) et calculer les intervalles de confiance à 95% (IC 95%).

Une augmentation des ORs a été observée pour l’exposition au mercure pendant moins de 10 ans avant l’année de référence (OR = 2,9 ; IC 95% 1,2 à 6,8), et une association plus modeste pour l’exposition au benzène (OR = 1,8, IC 95% 1,0 à 3,2) pendant 10 ans et plus avant l’année de référence. Les auteurs ont observé une augmentation du risque multipliée par 3 pour les femmes travaillant dans la confection et la couture depuis 10 ans et plus avant l’année de référence, et une augmentation significative de plus de 3 fois pour ceux travaillant comme chauffeurs poids-lourd ou opérateurs de convoyage pendant moins de 10 ans avant l’année de référence. Les auteurs n’ont trouvé aucune preuve que le SSE soit lié à la survenue du neurinome de l’acoustique.

En conclusion, les auteurs ont observé une augmentation du risque de neurinome de l’acoustique associée avec l’exposition professionnelle au mercure, au benzène et aux poussières de textile. Les hommes travaillant comme chauffeurs poids lourd et opérateurs de convoyage depuis moins de 10 ans avant l’année de référence avaient l’augmentation la plus élevée du risque de neurinome de l’acoustique, mais ce qui pourrait augmenter ce risque dans ces professions n’est pas clair. Cette enquête suggère également une association entre le neurinome de l’acoustique et le fait d’être enseignant ou policier. Cependant, ces résultats devraient faire l’objet de recherches ultérieures pour exclure la possibilité de biais.

(publié le 14 mars 2011)