Intoxication aiguë au plomb : un cas singulier d’anémie hémolytique et de colique de plomb

Intossicazione acuta da piombo : un caso singolare di anemia emolitica e colica saturnina M. Corradi, M. Goldoni, F. Sabbadini, A. Mutti La Medicina del Lavoro, 2011, vol 102, n°3, pages 243-249. Bibliographie.

L’intoxication aiguë au plomb par ingestion d’aliment est exceptionnelle chez les adultes et souvent associée avec une pathologie mentale. Les auteurs (de Parme, Italie) décrivent le cas d’une intoxication aiguë au plomb avec anémie hémolytique et colique de plomb. Un homme de 41 ans a été admis à l’hôpital pour une douleur abdominale avec constipation persistante. La radiographie d’abdomen sans préparation montrait une masse radio-opaque dans le cæcum et une anémie progressive a été observée. Le patient est sorti avec un diagnostic de "blocage intestinal". Du fait de la persistance des symptômes, il a été à nouveau hospitalisé ; la radiographie d’abdomen sans préparation montrait des particules radio-opaques diffuses dans le côlon et l’hémoglobine (Hb) avait chuté à 8,7 g/dl. Les taux sanguins de plomb et de protoporphyrine zinc (PPZ) étaient respectivement de 106,7 ug/dl et 6,6 ug/gHb. Le démarrage opportun du traitement chélateur a conduit à un retour rapide à la normale des numérations formules sanguines et à un déclin des taux sanguins de plomb.

Bien que l’intoxication aiguë au plomb par ingestion d’aliments soit exceptionnelle chez les adultes et souvent associée avec des troubles mentaux dans ce cas, il n’a pas été possible de clarifier le mode et le véhicule d’ingestion du toxique. La charge corporelle de plomb a été mise en évidence comme une masse cæcale, résultant probablement de l’ingestion d’un seul bolus de poussières de plomb qui, compte tenu de la taille et de la densité de la masse, a été estimé peser plusieurs grammes. Cette prise aiguë de plomb a induit une hémolyse aiguë due à une augmentation de la fragilité de la membrane érythrocytaire.

En conclusion, au cours de l’intoxication aiguë au plomb, l’organe critique n’est pas la moelle osseuse, mais plutôt les globules rouges, entraînant une hémolyse et une anémie.

(publié le 19 septembre 2011)